3 aspects de la formation dans le Taijiquan de la famille Yang

adam mizner article tai chi yang

Article rédigé par Adam Mizner en anglais, traduit par Julien Desbordes.

Article original : https://discovertaiji.com/fr/blog/3-aspects-of-training-in-yang-family-taijiquan

Nous avons tous lu et entendu des histoires sur les compétences quasi magiques acquises par certains maîtres de Taijiquan du passé. Beaucoup de gens trouvent les techniques qui ont fait la renommée de cet art illusoires. Néanmoins, nous nous efforçons de faire de notre mieux et de maintenir cet art en vie.

On peut affirmer sans risque de se tromper que les causes d’un tel manque de véritable développement des compétences en taijiquan sont nombreuses, depuis les mauvais professeurs jusqu’aux étudiants paresseux, etc.

L’une des principales causes est un simple malentendu : les gens ne savent pas quoi entrainer et comment s’entrainer. Les causes étant incorrectes, les effets ne peuvent que s’ensuivre pour être eux aussi incorrects.

La famille Yang a divisé la formation en trois aspects. Chacun a son but et son temps, chacun a un effet sur l’autre et doit être entrainé dans la bonne proportion et pratiqué correctement pour réussir.

Les trois composantes de la formation sont les suivantes :

– Lian (练) ou la pratique

– Yong (用) ou l’utilisation et

– Biaoyan (表演) ou démonstration

La pratique est l’entraînement en solo, le corps du travail. Cela inclut les jibengong ou les méthodes corporelles de base, le zhan zhuang ou la position debout, les song gong, le nei gong, le gong li ou les exercices de puissance et un travail profond sur différentes postures et méthodes internes et bien plus encore.

L’utilisation est le travail avec partenaires, l’entraînement à la poussée des mains, l’application et le combat. Le travail sur “coller, adhérer, joindre et suivre“ et l’application des différents jins et compétences développés dans la composante pratique de la formation.

La démonstration est ce que nous considérons comme du Taijiquan de nos jours, c’est-à-dire l’ensemble des exercices de Daolu, en se concentrant sur des éléments tels que l’uniformité du tempo, la fluidité des mouvements et la grâce. Traditionnellement, c’était pratiqué pour montrer l’art aux étrangers sans divulguer la pratique ou l’usage du style.

De nos jours, la plupart des praticiens de cet art ne travaillent que sur l’aspect « spectacle » de la formation, négligeant l’essence dans la “pratique“ et l’application dans “l’usage“. Cela conduit à une tentative de rétroconception de la pratique et de l’usage à partir de la démonstration. Il est facile de voir comment les choses peuvent mal tourner à partir de là.

Tous les aspects de la pratique et de l’utilisation du Taijiquan de style Yang sont couverts dans les cours  et la  formation en ligne Discover Taiji et sont enseignés dans tous mes workshop.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *