Témoignage

mizner-julien-lyon

J’aimerai partager mon expérience ici sur ma pratique du Tai Chi au sein de Heaven Man Earth… J’apprécie toujours les témoignages et je pense que c’est une aide donc je vais à mon tour essayer partager une peu de mon parcours m’ayant amené à HME et les raisons de mon choix.

Pour remettre les choses dans leur contexte, j’ai commencé le Tai Chi style Yang en 2008. J’étais musicien, j’enseignais la musique, et lorsque j’ai commencé le Tai Chi, je me suis mis à pratiquer avec un engagement que je n’avais jamais connu jusque là : jamais, même en musique, je n’avais pratiqué de manière aussi régulière et soutenue, et je me suis tout de suite mis à lire tous les livres que je pouvais trouver sur le sujet, ce que je n’avais jamais fait sur le sujet musical. Bref, j’ai senti rapidement que cet Art m’offrait quelque chose qui résonnait fortement pour moi.

En lisant tous ces textes sur le Tai Chi, j’ai bien compris qu’il s’agissait d’un Art dans lequel le relâchement avait toute sa place, et même une place de choix puisqu’il est dit que nous utilisons ce relâchement plutôt que la contraction… Les années passant, toujours investi dans la pratique, l’enseignement de mon école m’éloignait petit à petit, sans que je m’en rende compte, de ce relâchement, puisque ce n’était absolument pas enseigné. Malgré tout, j’ai été certifié dans cette école comme enseignant et ai commencé à enseigner en 2014.

C’est à peu près à cette période je pense que j’ai découvert Adam Mizner sur internet (merci facebook), en voyant cette vidéo :

J’ai trouvé que sa forme était vraiment incroyable : d’habitude je trouvais ce que je voyais plutôt “mou“ ou alors trop raide, et là, il semblait y avoir un équilibre que je n’avais jamais vu nul part ailleurs… Et l’aspect martial qu’on peut voir dans cette vidéo me montrait aussi quelque chose d’unique : une efficacité martiale en Tai Chi. Tout ce que j’avais pu voir jusque là était soi risible, soi les applications semblaient efficaces mais ce n’était plus du tout du Tai Chi, c’était externe. On voit bien ici que c’est interne, et efficace. Je n’étais pas porté sur l’aspect combat, ce qui me plaisait dans le Tai Chi était l’aspect connexion à soi, au corps, et les effets sur l’esprit. J’avais une optique spirituelle de la pratique du Tai Chi. Mais une pratique spirituelle pour moi doit être assise dans une perception concrète de la réalité, et c’est ce que propose l’aspect martial du Tai Chi, de mon point de vue. Là, voyant ça pour la première fois j’ai été très intrigué.

Par chance, l’association Chi Sao à Lyon (merci à eux !) a organisé le premier workshop avec Sifu en 2015… Je me suis donc précipité pour m’inscrire, et j’ai assisté à ce premier workshop de deux jours, qui m’ont ouvert les yeux sur plusieurs choses, et ont commencé à me montrer qu’il y avait vraiment des choses qui “clochaient“ dans ce que je pratiquais. Et le premier contact avec Sifu m’a laissé… je n’ai absolument rien compris… 

Mais une chose était claire et nette : Sifu sait de quoi il parle quand il transmet Song, le relâchement, le lâcher-prise dans le corps. Et là ce n’est pas une idée, ce n’est pas un concept, c’est une réalité, bien palpable. Dans le système HME, on n’apprend pas à bouger détendu, on apprend à développer Song parce qu’il s’agit du moteur, c’est ce qui anime le mouvement. C’est une groooooooosse différence. Le moteur est Song, ce qui déclenche le mouvement est Song, et honnêtement, à moins de pratiquer ce système (ou peut-être un autre que je ne connais pas qui sait?), on ne se rend pas vraiment compte de ce dont il s’agit, on compare avec ce qu’on connait, et comme nous sommes super intelligents on se dit qu’on comprend, et que c’est ce qu’on fait. 

Personnellement il m’a fallut beaucoup de temps pour commencer juste à peine à vraiment réaliser ce dont il s’agissait… 

Bref… qu’est-je donc fait après ce premier workshop, petit malin que j’étais ? Évidemment, j’ai intégré à ma pratique quelques exercices et Song Gong transmis par Adam Mizner lors de ce workshop. J’ai commencé à mixer, mélanger la pratique de mon école avec quelques éléments de HME… Ah… Tellement nombreux sont ceux ayant fait ça, et nombreux ils continueront à être…

J’ai donc continué à mixer, j’ai pris le premier mois de cours en ligne Discover Taiji, et je m’entrainais toutes les semaines avec mon ami et “Kung Fu brother“ Gaston et on bricolait, on interprétait les choses que pouvait dire Sifu sur youtube, et je me croyais malin… Et puis le temps est passé et l’association Chi Sao a organisé un deuxième workshop de Tai Chi avec Sifu en 2017 à Lyon. J’y suis donc retourné. Et donc nouvelle claque astronomique, Sifu était tellement généreux dans sa transmission, dans la qualité des informations qu’il donne, et encore une fois je n’ai jamais vu personne témoigner de telles compétences fidèles au Tai Chi. Il illustre ce qu’il dit, toujours.

Comme peut-être à chaque stage que j’ai pu faire avec Sifu il a dit :

“Ne mixez pas les exercices. Chaque exercice à ses raisons, et poli une facette du diamant.“

Oui… il ne faut pas mixer les exercices, en mettant ce qui est enseigné pour un exercice dans un autre. Ni au sein d’un même système, et encore moins avec des systèmes différents…

Ok… bon ça enfonce un peu le clou par rapport à ce que je percevais : je mixe clairement entre deux systèmes et  ce n’est pas une bonne idée, je dois faire un choix.

Une des choses qui m’attirait chez Adam Mizner et son école, c’est la sincérité, l’intégrité. Ma démarche a toujours été de développer cette qualité, même en musique. Et je devais voir les choses en face, un choix s’impose. Je me suis donc laissé un an de pratique en suivant les cours en ligne Discover Taiji et en continuant dans mon école. En fait, au bout d’un mois à faire ça, mon choix était fait. C’était incroyable, et pourtant au départ j’avais beaucoup d’estime pour ce que j’avais reçu de l’autre école. Mais je devais avouer que c’était là ce que je cherchais vraiment. Sans parler de la pratique profonde  de la méditation de Sifu et du sentiment qu’il enseigne vraiment l’essence de l’Art.

Il m’a fallu le temps pour gérer tous ces changements, dans ma pratique et dans mes cours puisque j’enseignais. J’en profite pour remercier profondément tous les élèves qui m’ont fait confiance et sont restés en suivant ce changement total de style.

C’est en changeant de style complètement, en m’investissant à 100% dans la pratique du système Heaven Man Earth que j’ai pu vraiment récolter pleinement les fruits. Tant que j’oscillait encore entre deux pratiques et deux style, le corps et l’esprit ne pouvaient pas complètement changer pour ce que Sifu appelle “la créature Tai Chi“. C’est en fait la raison de cet article, aujourd’hui, c’est clair et tellement évident, que pour profiter pleinement d’un système il faut s’y consacrer, et qu’en se croyant plus malin à mélanger deux choses en pensant prendre le meilleur des deux, on brouille les pistes, et l’esprit. La foi et la confiance sont des qualités indispensables pour évoluer dans une voie, quelle qu’elle soit.

Je suis aujourd’hui tellement heureux d’avoir fait ce choix, et tellement reconnaissant pour la confiance que m’ont accordé Sifu Adam Mizner et Andy Mack pour transmettre ce système à Lyon, cet article est aussi une manière de leur dire merci. 

julien desbordes andy duran mack tai chi lyon 2

Je terminerai en disant que c’est en faisant parti de cette école et en suivant les instructions de Sifu le plus fidèlement possible que j’ai pu réaliser l’importance de l’état d’esprit d’une école, et donc de son fondateur. Le contact avec des personnes ayant développé les qualités que l’on recherche est indispensable, et si l’on souhaite se sentir plus en paix, plus serein, plus ouvert, il est évident qu’il faut s’assurer que ces qualités soient présentes chez le fondateur et les élèves les plus avancés d’une école… Comme le dit souvent Sifu : “proof is in the pudding“  qui signifie quelque chose comme : “on reconnait l’arbre à ses fruits“ .

Aujourd’hui une chose est certaine, je suis au bon endroit. Gratitude et joie, merci Sifu, merci Andy, merci Duran, et merci à toute la famille des instructeurs et pratiquants HME. En espérant que ce témoignage puisse aider…

2 commentaires sur “Témoignage”

  1. Merci pour ce témoignage très honnête et intéressant ! Cela clarifie les chose, diriez-vous qu’il faut être prêt à lâcher complètement son style de prédilection pour s’engager dans HME ?

    1. Prédilection veut dire préféré, mais peut-être voulais-tu dire son style de départ ? En tout cas mon point de vue à travers mon expérience, comme je l’ai dit, est qu’il est préférable de choisir et de se consacrer à un système. Après chaque cas est différent, chaque personne est différente, et chacun trouve sa voie comme il le souhaite… Je partage juste mon expérience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *