La création du Taijiquan

Article rédigé par Adam Mizner en anglais, traduit par Julien Desbordes.

Article original : https://discovertaiji.com/en/blog/the-creation-of-taijiquan

Le passé et malheureusement « l’histoire » est quelque chose qui ne peut être connu empiriquement. C’est encore plus vrai lorsqu’il s’agit de l’histoire du kung-fu. Néanmoins, je partagerai mon point de vue sur la création du Taijiquan qui a été formulé sur la base de mon expérience des arts internes.

Zhang Sanfeng a été formé au bouddhisme et aux arts martiaux dans le temple Shaolin, puis il a pratiqué et étudié l’alchimie interne taoïste sur la montagne de Wudang. Il n’est pas rare que les bouddhistes se tournent vers le taoïsme et que les taoïstes se tournent vers le bouddhisme pour compléter leur formation. Cette attitude ouverte se retrouve surtout dans Quanzhen ou “l’école de la réalité complète“. Pour Quanzhen, le sectarisme est un obstacle ; et le bouddhisme et le taoïsme dans leurs formes pures pointent tous deux vers la même vérité et la même réalisation. C’est l’école de Quanzhen dont Zhang Sanfeng était un adepte. Il est devenu l’un des Immortels les plus connus et on considère qu’il a atteint le plus haut niveau d’accomplissement spirituel de l’histoire chinoise.

Le folklore commun parle de Zhang Sanfeng ayant rêvé ou observé un serpent et une grue se battre et ayant ainsi réalisé les principes selon lesquels il allait créer le Taijiquan. On dit également que Zhang Sanfeng a combiné sa connaissance du kung-fu Shaolin avec l’alchimie interne taoïste pour créer le Taijiquan. La version finale est qu’il a reçu l’art dans une vision de Xuan Wu (« le guerrier mystérieux »).

Je pense que ces trois histoires folkloriques mettent en évidence un aspect différent de la vérité. Zhang Sanfeng, un méditant très accompli, pouvait sans aucun doute communier avec les différents êtres, Bodhisattvas et Immortels, et a probablement reçu l’essence du Taijiquan de Xuan Wu, comme nous le dit la tradition de Taiji. Lorsque l’on reçoit des informations, elles sont toujours filtrées par les perceptions et l’expérience de chacun. Après avoir reçu l’essence de l’art, on doit l’incarner dans la réalité. L’histoire des combats de grues et de serpents fait référence aux arts que Zhang Sanfeng avait maîtrisés dans le temple Shaolin, à savoir le style serpent et le style grue. Il a ensuite utilisé cette connaissance et cette expérience, combinées à sa maîtrise de l’alchimie taoïste, comme le filtre expérientiel à travers lequel il a reçu l’art de Xuan Wu. Il a ainsi fondé l’art profond du Taijiquan comme méthode de défense et surtout comme méthode de culture de l’essence et de la vie.

La soi-disant « histoire » n’est qu’une perception des choses passées et certainement rien qui mérite d’être discuté ; le véritable trésor de ces arts se trouve toujours dans notre application au moment présent.

1 commentaire pour “La création du Taijiquan”

  1. Bel article,objectif je pense,avec comme but final la pratique et surtout éviter les polémiques sur l’historique,la pratique ,et toujours la pratique,l’histoire sert de référence en culture générale perso dans un domaine précis.Individuellement il est impossible de vérifier toutes les sources,de traduire d’une manière précise tous les textes….donc la pratique en trouvant un enseignant sincère,qui privilégie la pratique,et le plaisir du pratiquant pour qui chaque séance ne doit surtout pas être une contrainte.
    Merci à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *